• Nawal

Evil, tome 2 : Vengeful, V.E. Schwab


"Au cours des dix années précédentes, la vengeance avait obsédé Victor. Il n’avait jamais vraiment songé à l’« après ». Or, voilà qu’il avait atteint son objectif : Eli croupissait dans une cellule et lui-même était encore là. Toujours en vie. Cette quête l’avait absorbé tout entier, si bien que son absence le laissait à présent mal à l’aise, insatisfait. Et maintenant ?"

Le combat du mal contre le mal absolu

C'est la deuxième fois que Victor Vale revient à la vie – et, il faut bien le dire, ce n'est pas le genre de chose qui devient plus facile avec le temps...

Terrible ironie du sort : cinq ans après le féroce affrontement qui a opposé les EO les plus puissants que Merit ait jamais connus, les rôles se sont totalement inversés. C'est le tour d'Eli de croupir en prison quand Victor, lui, trace son chemin macabre de ville en ville, entraînant dans son sillage sa petite famille de fortune. Et, le moins qu'on puisse dire, c'est que le prix à payer pour revenir à la vie est particulièrement élevé quand on est un EO...

Mais tandis que les deux ennemis jurés se débattent, en proie à leurs démons, émerge à Merit un nouveau maître du jeu – une maîtresse, en l'occurrence. Épouse d'un membre éminent de la mafia, Marcella Riggins n'était déjà pas une tendre avant sa mort et les conditions pour le moins contrariantes de sa disparition n'ont rien fait pour améliorer son tempérament. Car si elle n'a rien contre le meurtre, elle tolère beaucoup moins d'en être la victime. Armée de ses nouveaux pouvoirs, elle n'a désormais plus qu'une idée en tête, semer le chaos et la destruction afin de mettre la ville tout entière à ses pieds...

Le premier tome de cette série m'avait déjà conquise. C'est donc pleine d'enthousiasme et de curiosité que je me suis lancée à la suite des aventures de Victor et Ellie et surtout, à la rencontre de Marcella Riggins.



Les personnages : la virtuosité de V.E. Schwab


L'intrigue a beau être captivante, la plume excellente, les thématiques incroyables... Le point fort de ce livre réside dans les personnages. J'ai rarement vu un livre qui montre un tel panel de mauvaises personnes mais toutes dans des nuances qui nous empêchent de radicalement les condamner. On ne peut s'empêcher de compatir pour certains, d'avoir peur pour d'autres, au point de se rendre compte qu'on n'est absolument pas du côté des gentils et de la justice. Ce livre m'a donc fait me remettre en question sur beaucoup de points et cela principalement grâce aux personnages.


Victor Vale, l'homme condamné

Quelle joie de retrouver ce personnage ! Je m'étais énormément attachée à Victor durant le premier tome et c'est avec beaucoup de joie que j'ai retrouvé son point de vue. Malheureusement, si dans le premier il prenait de plus en plus d'assurance, montant en puissance au fil des pages, c'est ici une véritable descente aux enfers. Il perd peu à peu le contrôle de lui-même, de son pouvoir et on le voit se rapprocher de la mort seconde après seconde. Un sentiment d'angoisse et d'appréhension m'a suivi tout au long de ce tome concernant Victor, je n'avais qu'un souhait : qu'il s'en sorte. Cet homme est mauvais, c'est un assassin, un criminel mais j'ai voulu qu'il s'en sorte.

Eli Cardale, la perte de la foi


Si dans le premier tome, j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à Eli, j'ai eu un peu plus d'affection pour lui dans celui-ci. Sans oublier tout ce qu'il a fait, on ne peut que compatir à son sort actuel. Enfermé et torturé, il perd toute liberté, tout repère jusqu'à douter de sa foi qui le caractérise tant.

J'ai beaucoup aimé en apprendre plus sur son passé, son enfance. Cela lui donne une certaine nuance qui n'était pas forcément très présente dans le tome précédent. Cela permet de mieux appréhender son évolution qui particulièrement intéressante. Je ne vous en dis pas plus car cela perdrait un peu de son charme mais vraiment, ce personnage est incroyablement bien construit. C'est quelqu'un qui me met mal à l'aise, quelqu'un dont on sait qu'il faut se méfier mais dont on ne peut s'empêcher de compatir avec. Victoria Schwab a fait un excellent travail sur ses personnages et Eli est l'un des plus beaux exemples.


Sydney Clarke, une puissance endormie


J'ai été super contente de retrouver Sydney ! Elle m'avait plu dès sa première apparition dans le premier tome et mon amour pour elle s'est accrut au fil des tomes. Je me suis d'ailleurs beaucoup retrouvée en elle dans ce tome. C'est une jeune femme qui grandit dans sa tête mais son corps reste le même. Elle reste donc aux yeux du reste du monde une petite fille de 13 ou 14 ans qui n'est prise au sérieux par personne. Même Mitch et Victor n'arrivent pas à la considérer autrement qu'une jeune fille à protéger. Or, Sydney grandit, non seulement en année mais aussi en puissance. Peu à peu, elle apprend à améliorer son pouvoir et va de plus en plus loin. J'ai beaucoup aimé la manière dont elle apprend, ses essais, ses doutes, ses ratés mais aussi ses réussites qui ne sont pas des moindres. Ses nombreux doutes et questionnements lui donnent une profondeur qui nous pousse à nous attacher à elle. Je ne sais pas si l'autrice compte faire un troisième tome mais si c'est le cas, j'ai hâte de voir où Sydney va s'envoler avec les ailes qu'elle déploie dans ce tome.


Marcella Riggins, la prise du pouvoir


Comme tous les autres personnages, Marcella est également très intéressante et très bien construite. Nous avons la joie et surtout, la grande surprise, de la rencontrer dans ce tome. Personnellement, j'ai eu beau lire ce roman un peu après tout le monde et avoir été prévenue, je ne m'attendais absolument pas à cela.

Par de nombreux aspects, Marcella m'a rappelé Médée. Cette force qu'elle a et qu'elle exploite pour nourrir ses ambitions. Cet homme qu'elle assiste par amour mais aussi par ambition et qui finit par la trahir mais qui s'en mord les doigts par la suite... Marcella n'hésite pas à prendre le pouvoir qu'elle estime lui revenir de droit et elle s'en sert avec intelligence.

J'ai d'ailleurs trouvé son pouvoir original et intéressant. C'est un pouvoir qui, au final, la reflète bien.


Je pourrais continuer avec tous les autres personnages tels que Mitch, June, Dominic ou encore Stell. Tous ont quelque chose de singulier qui mériterait qu'on s'attarde sur eux mais la chronique deviendrait beaucoup trop longue !

"Elle en avait sa claque de suivre des règles édictées par d'autres. Assez de se cacher. Quand on vivait dans l'ombre, on mourait dans l'ombre, En revanche, lorsqu'on se tenait dans la lumière, il devenait bien plus difficile de vous faire disparaître.

Et Marcella Renne Morgan entendait bien rester sous le feu des projecteurs."

La thématique du contôle


L'autrice, dans une rencontre, parlait de la série Evil comme d'un livre qui parle du contrôle. Dans le premier tome, Victor et Elli prennent le contrôle, gagne du pouvoir. Dans ce second tome, ils commencent à le perdre. Et tandis qu'ils le perdent, les femmes - Marcella, Sydney, June - le reprennent. Et c'est exactement comme cela que j'ai perçu ce roman et c'est cela qui m'a fait adorer ce livre. La manière dont le contrôle, représenté par le pouvoir qu'il soit magique ou non, est acquis chez certains pour ensuite être perdue, la manière dont il fluctue, qu'il échappe au contrôle de l'un pour atterrir dans les mains de l'autre... C'est ce qui permet de tenir en haleine le lecteur tout au long de sa lecture. Impossible de s'arrêter de lire, d'être témoin de la descente aux enfers de Victor et Éli tout en étant témoin de l'ascension de Marcella et l'évolution de Sydney.



Pour conclure, ce second tome est l'apothéose de ce que prépare le premier tome. J'ai été bluffé par le talent de Victoria Schwab, sa manière de toujours nous surprendre encore et encore sans qu'on se lasse. J'espère qu'un troisième tome sera possible même si cette fin est déjà incroyable.

#VESchwab #vengeance #pouvoirs #EO #LumenEdition

© 2023 by Life Is A Real Book. Proudly created with Wix.com

Contactez-moi
Retrouvez-moi
  • Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle