• Nawal

Lames vives, Livre 1 : Obédience, Ariel Holzl


"Mes tourments sont mes maîtres : je les rejette. Mes souvenirs sont ma prison : je m'en libère. Mes regrets sont mes liens : je les brise. Mon corps est ma lame : je l'aiguise. Jamais plus serviteur, jamais plus prisonnier, jamais plus esclave ! Jamais plus !"

Le vif-argent coule dans leurs veines.

Les esclaves sont devenus les maîtres.

La République d’Obédience est née.


Six destins se croisent et se brisent comme des chaînes dans ce roman aux personnages complexes et humains. Un récit d’aventure puissant, poignant et addictif sur la liberté et la lutte pour ses idéaux.

On me dit Fantasy ? Je dis ok. On me dit Fantasy d'Ariel Holzl ? Je fonce. Ni une ni deux, je me plonge dans les Lames Vives en toute confiance même si c'est un roman qui sort de sa ligne habituelle. Et comment vous dire que c'est tout aussi génial.


Un univers oriental


Alors déjà, on m'a vendu le roman comme de la Fantasy orientale. C'est quelque chose d'assez rare dans le genre et le seul que j'ai lu est celui de Charlotte Bousquet, Shâhra, que j'avais adoré. Cela a donc forcément attisé mon attention. Ici, c'est un univers, une ambiance et une mythologie qui diffèrent de ce que j'ai déjà lu avec des golems et une magie exotiques qui contrastent avec la technologie d'Obédience, le Vif-Argent. J'ai beaucoup aimé la chaleur qui se dégage du désert et de l'île vagabonde du peuple de Minah qui s'oppose à une sorte de froideur, d'automatisme à Obédience. C'est un univers sombre, rude, sans pitié et cela se ressent dans la narration. Narration que j'ai trouvée excellente. Chaque point de vue se distingue, la personnalité du personnage transparaît dans la plume et je trouve que c'est l'un des points forts de l'auteur.


Des personnages atypiques


Les personnages sont d'ailleurs très diversifiés et atypiques. J'ai adoré le personnage de Gryff qui sombre peu à peu dans la folie mais aussi le personnage de Minah et de Nazeem qui sont tous deux torturés par leurs remords et leurs espoirs. Je me suis aussi attachée au personnage d'Ellinore qui apporte une certaine douceur dans ce monde si rude. Chaque personnage possède son caractère, sa narration propre, le rendant unique en son genre. On a l'impression qu'à chaque début de chapitre, on entre littéralement dans la tête du personnage. C'est immersif, captivant et fascinant.

Une fantasy dystopique


En naviguant dans chacune de leur tête, on suit ces personnages à travers une quête, une enquête, une révélation, une révolution. Le système en vigueur est questionné, remis en question. Est-il bon ? Mauvais ? Efficace ? Juste ? On ne sait plus qui croire, quoi penser. C'est un univers non pas noir et/ ou blanc mais un monde construit sur une nuance de gris, les personnages et le système ne cessant de naviguer entre les différentes nuances. L'intrigue est difficile à résumer et je pense que je ne vais pas le faire pour tout simplement laisser le plaisir de la découvrir. Elle est complexe et perd de son charme si divulgué selon moi. Mais attendez-vous à être captif des aventures de Minah, Nazeem, Ellinore, Gryff, Saabr et de l'univers qui les entoure.


En conclusion, Lames Vives est un roman percutant, vibrant dont on ne ressort pas indifférent ni inchangé. À nouveau, Ariel Holzl a réussi à me séduire avec sa plume, son histoire et ses personnages hors du commun. Vivement la suite !









#Naos #ArielHolzl #Difference #pouvoir #maladie #résistance #liberté #magie

© 2023 by Life Is A Real Book. Proudly created with Wix.com

Contactez-moi
Retrouvez-moi
  • Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle