© 2023 by Life Is A Real Book. Proudly created with Wix.com

Contactez-moi
Retrouvez-moi
  • Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle

November 10, 2019

November 10, 2019

October 16, 2019

September 5, 2019

September 1, 2019

Please reload

Posts Récents

PAL : Novembre

November 10, 2019

1/5
Please reload

Posts à l'affiche

Forever Young, Charlotte Orcival

July 26, 2017

"Ce mec me rend dingue ou révèle-t-il la dingue qui se cachait en moi ? Comment je suis supposée agir à présent après un moment comme celui-là ? Comment je fais pour me passer de lui ? Et lui, comment pouvait-il être si changeant ? Intéressé, intéressant, drôle, sexy puis indifférent, fermé, comme étranger à lui-même ? J'ai du mal à suivre le personnage. A comprendre. Il faut sans doute que j'admette qu'il n'y a rien à comprendre. Mais moi, combien de temps je vais pouvoir supporter cet état-là ? Brûlée de l’intérieur et frigorifiée dans le même temps ?"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

C’est une histoire d’avant. D’avant les sms, les emails, les statuts Facebook. D’avant les iPods, les cd. D’avant la chute des tours du 11 septembre et celle du mur de Berlin. De la pop anglaise explosait dans les écouteurs de mon premier walkman tandis que les radios FM diffusaient une perpétuelle soupe musicale qui nous racontait que nous aurions une jeunesse éternelle. Et moi, et moi, du haut de mes 13 ans tout frais, je n’imaginais même pas qu’elle ne pourrait pas l’être. Bien sûr, j’écrivais dans mon journal que ma vie était pourrie mais j’éclatais de rire dans la seconde suivante.Ceci est l’histoire d’une année de survie. L’histoire d’une première histoire avec l’amour.

J'ai du lire ce livre à l'occasion d'un essai pour un poste en tant que chroniqueuse dans un magazine littéraire. J'ai donc du  écrire une chronique et j'en profite pour la publier également ici !

 

Anna, la personnification de l’adolescence

 

Anna est une jeune fille très attachante, qui essaye de se faire une place dans ce nouveau monde qui est à présent le sien. Elle n’a pas eu de difficulté à se faire des amis mais parfois, on la sent un peu en décalée par rapport aux autres. Elle veut grandir plus vite et devenir quelqu’un d’autre. Malheureusement, elle reste tout de même une jeune fille de 13 ans et ne se rend pas compte que certains de ses actes peuvent avoir des conséquences. Elle blesse parfois certaines personnes mais d’une manière assez innocente voire infantile. Mais, au fil du récit, on se rend compte qu’elle commence à prendre conscience de l’impact de ses actes. Elle commence à grandir.

Anna est un personnage vraiment très réaliste à laquelle on peut s’identifier facilement. Toutes les jeunes adolescentes peuvent se reconnaître en Anna et les plus âgées peuvent voir en elle ce qu’elles étaient plus jeunes. Elle représente l’adolescente que toute femme a été un jour : elle a un rapport conflictuel avec ses parents, se sent incomprise par eux comme la majorité des adolescents, elle porte beaucoup d’importance à ces histoires avec ses amis et se pose beaucoup de question sur elle-même. J’ai apprécié me retrouver en elle, cela m’a replongé à la même époque, et je me suis rendu compte à quel point cette période joue un rôle important sur la suite de notre vie.

 

Laure, sa meilleure amie

 

Laure est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, une jeune fille discrète, gentille et attentionnée, la meilleure amie parfaite !

Elle crée avec Anna une belle amitié. C’est une relation bien construite, très réelle. On sent qu’une complicité s’est peu à peu créer entre les deux filles. Anna se confie facilement à Laure qui, de son côté, fini également par s’ouvrir à elle. Quand  Anna ouvre peu à peu les yeux sur son amie et se rend compte de qui elle est réellement, on sent qu’elles ont passées un cap et que leur amitié est réellement profonde. Anna est la seule qui ne juge pas Laure et cette dernière la soutient dans toutes ses histoires.

A un moment, elles s’éloignent l’une de l’autre. C’est une dispute ou un conflit dont on ne connait pas la source et j’ai trouvé l’idée très intéressante. En effet, cela arrive souvent dans la vraie vie, deux amis s’éloignent à cause d’un souci et quand ils essayent d’en parler, ils n’arrivent pas à en trouver la source. Mais cela est très peu présent dans les livres et j’ai apprécié que cela soit abordé ici.

 

Erwan, un garçon qui en cache un autre

 

Si Laure est la meilleure des meilleures amies, c’est Erwan qui joue le rôle du meilleur ami d’Anna. Il est adorable avec elle dès les premiers instants et la prend sous son aile dès le premier jour. C’est le grand frère qu’elle a toujours rêvé d’avoir. Il est toujours là pour elle, il sait comment la réconforter et la faire rire. J’ai trouvé leur amitié très touchante.

Mais en plus d’être son meilleur ami, c’est également l’image même de l’adolescent plein d’énergie, qui recherche le frisson et l’aventure. C’est le garçon cool du bahut, celui qui fait rire tout le monde, qui connait tout le monde et qui organise les meilleures fêtes. Il forme avec Katia, le couple vedette du lycée, une relation compliquée, pleine de ruptures et de réconciliations, typique de la plupart des couples à cet âge.

 

Julien, son premier amour

 

Julien, le garçon mystérieux au regard intense qui fait craquer toutes les filles. J’ai trouvé que c’était une bonne idée d’avoir donné une première fausse impression et de voir le personnage se construire ensuite et devenir plus profond qu’il n’en a l’air aux premiers abords. Car oui, même si Julien est le grand brun ténébreux qui fait tomber toutes les filles, c’est également un gamin qui veut voyager, qui veut quitter ce petit endroit perdu pour aller vivre ses rêves dans une grande ville.

C’est un personnage assez particulier qui, contrairement aux autres, a un tempérament très changeant. En effet, les autres ont un caractère plutôt stable contrairement à lui qui passe d’une humeur très amicale, douce et tendre à un caractère dure, froid et agressif. Il ne semble pas réellement à sa place dans cet endroit, dans cette ville. Il a des goûts musicaux différents des autres, c’est un artiste incompris. J’ai eu du mal à l’apprécier au début mais j’ai fini peu à peu par m’attacher à lui et c’est finalement un très beau personnage.

 

L’entrée dans l’adolescence

 

Ce livre est donc un récit sur l’adolescence. On assiste à toutes les étapes de l’adolescence d’Anna, à toutes ses premières expériences.

 

L’expérience amoureuse

 

Avec Julien, elle vit son premier grand amour. Elle pleure, elle rit, elle sourit, elle se pose des questions, elle espère. On assiste à toutes les étapes d’un premier amour de jeunesse.

Dès le premier regard, elle est totalement sous son charme. Et malgré tout ce qui se passera entre eux, il suffit toujours d’un regard, d’une parole de la part de Julien pour qu’elle fonde à nouveau. C’est très mignon mais c’est parfois un peu triste car on voit bien que Julien se rend compte de ses sentiments et qu’il en profite.

J’ai beaucoup aimé voir leur relation se construire petit à petit, avec des bonds en avant puis des retours en arrière. Mais ce que j’ai le plus apprécié c’est qu’à travers cette relation, on voit Anna prendre de plus en plus d’assurance et Julien s’ouvrir un peu plus.

Entre temps, elle vit également d’autres expériences amoureuses. En effet, beaucoup de garçons tombent sous son charme et elle sort même avec quelques-uns. Mais elle ses sentiments pour eux n’égalent pas ceux qu’elle éprouve pour Julien. Malgré tout, c’est auprès de lui qu’elle retourne inlassablement.

 

La première déception

 

Avec Anna, on se rappelle que le premier amour, ce n’est pas tout beau. Quand elle rencontre Julien, elle est intriguée puis sur un petit nuage mais elle déchante très vite. En effet, dès le début, il arrive à se comporter de manière totalement déplacée puis on va de déception en déception : à chaque fois qu’elle a un espoir qu’il s’ouvre à elle, il fait quelque chose qui la blesse. On la voit subir au fur et à mesure des déceptions, plus ou moins difficiles à surmonter les unes que les autres, au point où elle passe également par la case « les mecs, c’est terminé ! ». Mais malgré cela, elle reste totalement amoureuse de lui.

Ils ont beaucoup de mal à communiquer ensemble, à trouver un terrain d’entente. Mais après plusieurs tentatives, ils finissent tout de même par y arriver. L’assurance que gagne Anna y est pour beaucoup. Elle finit par en avoir marre de se laisser marcher sur les pieds et prend les choses en main.

 

La remise en question

 

Anna se pose beaucoup de questions durant ce livre. Elle se pose des questions vis-à-vis de ces relations avec ses amis, de sa place au sein de ce nouveau groupe de personnes.

C’est la petite parisienne, la fille de la prof de maths. Dès son arrivée, elle est remarquée et devient la nouvelle attraction. Même si elle se trouve un groupe d’amis, elle se sent toujours un peu en retrait. Contrairement à eux qui se connaissent depuis toujours, elle vient tout juste d’arriver et il lui faut un moment pour s’adapter. De plus, tous ses amis sont plus âgés qu’elle, ce qui ne lui facilite pas les choses. Elle est considérée comme petite gamine parisienne du groupe, parfois un peu snobinarde. Cela l’amène donc à se poser beaucoup de question sur sa place au sein de ce groupe et de son rôle auprès de chacun de ses amis.

Elle se pose également des questions sur son physique. En effet, au début, Anna n’est pas fière de son corps : elle se trouve trop grande, une poitrine trop plate et elle pense que les garçons ne la voient que comme une copine. Mais, elle découvre peu à peu son corps et l’effet qu’elle est capable d’avoir sur les garçons et cela lui donne plus confiance en elle, jusqu’à avoir une certaine assurance.

 

La question du deuil

 

Malheureusement, Anna fait également l’expérience de la mort à cet âge-là en perdant un ami. J’ai trouvé que la perte de cet ami (je ne vous dirais bien évidement pas lequel) avait une signification particulière dans ce roman. En effet, j’ai eu l’impression qu’il symbolisait la fin de l’enfance, le début d’une certaine forme de maturité, d’entrée dans la vie « adulte ». Ils ont tous vécus tout un tas d’expérience, de nouvelles sensations, et la mort de leur ami marque la fin des premières expériences qu’ils ont vécues.

Mais c’est également le signe d’un nouveau départ, le signe que la vie continue tout de même et qu’il faut aller de l’avant. Il y a donc aussi un message d’espoir.

 

Le style

 

Le concept du journal intime est une très bonne idée. D’ailleurs, le fait que l’on n’ait pas tous les détails de sa vie ou qu’elle n’écrive pas tous les jours par exemple, ajoute une touche de réalisme au roman. On a réellement l’impression que c’est un journal écrit par une jeune adolescente, avec un style d’écriture assez familier et parfois un peu oral.

Au début, j’ai été un peu frustrée de ne pas en savoir davantage sur sa famille et sur ce qui se passait chez elle. Mais avec du recul, je me suis rendu compte que cela rendait le roman plus réel. En effet, à cet âge-là, on accorde beaucoup plus d’importance à ce qui se passe à l’école, avec ses amis, plutôt qu’à la maison. Les choses les plus intéressantes se passent entre les amis, durant les sorties, plutôt qu’en famille.

 

L’époque

 

N’ayant pas lu le résumé, j’ai tout d’abord pensé que ce livre était de cette époque. J’ai eu quelques doutes au fur et à mesure de ma lecture, puis en plein milieu, j’ai eu la certitude que ce n’était pas de notre époque. Cela m’a beaucoup frappé car je me suis rendu compte que même des années plus tard, l’adolescence reste la même période pour tout le monde. Il y a cette impression d’intemporalité que j’ai beaucoup aimé et, pour moi, c’est avec cette idée que le titre « Forever Yong » prend tout son sens.

 

Pour conclure, c’était pour moi une très belle découverte dont j’ai pris plaisir à lire. Ce livre m’a replongé dans mon adolescence et de ce que l’on peut à retirer. C’est également une très belle histoire d’amour et d’amitié. A lire sans faute !