© 2023 by Life Is A Real Book. Proudly created with Wix.com

Contactez-moi
Retrouvez-moi
  • Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle

March 5, 2020

February 29, 2020

February 14, 2020

Please reload

Posts Récents

Ceci est mon corps, Collectif

March 29, 2020

1/7
Please reload

Posts à l'affiche

La machine de Léandre, Alex Evans

March 5, 2020

"Il y a quelques siècles, j'aurais été appelée une sorcière.
Une magicienne. Une jeteuse de sorts.
De nos jours, je suis professeur agrégé de sciences magiques."

 

Constance Agdal est une excentrique professeure de sciences magiques qui n'aspire qu'à une chose: se consacrer entièrement à ses recherches pour oublier le passé qui la hante. Mais quand des démons se matérialisent au beau milieu de la ville, qu'un incube envahissant se prend d'affection pour elle et que son nouvel assistant agit de façon particulièrement étrange, Constance doit sortir de sa réserve... d'autant que son collègue, l'éminent Professeur Dowell, a disparu alors qu'il tentait de recréer une fabuleuse machine à magie d'après des plans vieux de plusieurs siècles. La jeune femme le remplace au pied levé en collaborant avec Philidor Magnus, un inventeur aussi séduisant qu'énigmatique, mais rien ne se passe comme prévu. Quel terrible secret se cache sous le capot de cuivre de la fameuse machine ?

Le résumé et l'ambiance qui s'en dégage a tout de suite attiré mon attention. Une atmosphère steampunk, un personnage principal féminin et excentrique, de la science mélangée à de la magie... Tout ce qu'il fallait pour me plaire et je remercie les éditions ActuSF de me l'avoir envoyé ! Malheureusement, ma lecture de La Machine de Léandre a été quelque peu mitigée.

 

Constance, un personnage principal mitigé

 

J'ai tout de suite beaucoup apprécié Constance. Venant d'une cité, Tourmayer, où la magie est très mal vue, Constance choisit une carrière des plus compliquées par rapport à son statut : une femme et surtout, une chamane. C'est une femme de savoir, qui a gagné une bonne place par sa seule intelligence et sa rigueur. Elle est considérée comme excentrique, ne suivant pas les normes de son époque et de sa société. Malheureusement, je n'ai pas accroché à la manière dont l'autrice fait évoluer son personnage. J'ai trouvé qu'elle retirait tout ce qui faisait de Constance un personnage original et unique. Le message qu'elle faisait tout d'abord s'est peu à peu éclipsé au profit d'un message plus répandu et j'ai trouvé cela très dommage.

 

Un univers intéressant

 

L'univers m'a, en revanche, totalement conquise. Je l'ai trouvé bien construit et bien développé pour le format du livre. Rien n'est confus, on n'est pas perdu dans une avalanche d'explications et l'on sent que l'autrice maîtrise bien son monde. Moi qui aime découvrir la mythologie et l'histoire d'un monde, j'ai été servie avec les histoires et les anecdotes que nous livrent Constance et Philidor au fil des pages. J'ai adoré le genre steampunk qui ressort de ce livre, un beau mélange de magie et de science. La manière dont l'autrice réinvente la magie, que l'on appelle "Pouvoir", est incroyable. Elle est perçue comme quelque chose de quantifiable, de scientifique et j'ai trouvé l'idée excellente et bien exploitée.

 

Une intrigue trop courte

 

Le point le plus négatif que je trouve à ce livre c'est qu'il est trop court. Pour moi, l'histoire aurait mérité plus d'approfondissement, plus d'enjeux et donc plus de temps pour se développer. Arrivée à un certain stade de la lecture, l'intrigue devient prévisible et l'on perd en suspense.

C'est d'ailleurs pour cela que j'ai fini par me détacher du personnage principal, trouvant que son évolution était maladroite mais aussi trop rapide selon moi. 

 

Des personnages secondaires dans l'ombre 

 

J'ai également eu du mal à m'attacher aux personnages secondaires : j'aurais aimé en savoir plus sur Albert, l'incube qui débarque par hasard et de manière percutante dans la vie de Constance, mais également qu'Arthéméis, sa meilleure amie que l'on ne voit pas assez à mon goût alors qu'elle aurait pu être intéressante.

Il en est de même pour Philidor. Même si on le voit plus souvent et qu'il est plus développé que les autres personnages, je n'ai pas réussi à m'attacher à lui. Je n'ai pas aimé son caractère même si j'ai trouvé son histoire très intéressante.

 

 

 

Pour conclure, je dirai que c'était une bonne lecture avec un bel univers et une intrigue intéressante mais qui aurait mérité plus d'approfondissement au niveau de ses personnages et des enjeux de l'intrigue. 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload